Vélo à Paris : les pistes font le plein pour la rentrée (mais un peu moins que l’an dernier)

Vélo à Paris : les pistes font le plein pour la rentrée (mais un peu moins que l'an dernier)

Cela n’échappera pas aux amoureux de la jeune reine : la situation bucolique du mois d’août a rapidement laissé place au concert de klaxons de vélo dans les cercles parisiens. Aller confirme même l’histoire qui s’est déroulée en une semaine.

Globalement, cependant, il reste inférieur au niveau observé en 2020, en particulier le glisser-déposer du voyage d’une heure au rythme effréné du lundi au vendredi. La tendance a même été observée cet été dans la capitale.

« Nous nous attendions à ce que le record soit battu en septembre, mais cela ne s’est jamais produit », explique Emmanuel Marin, un alimenteur Twitter qui a commenté l’affaire. « L’aménagement des nouvelles pistes cyclables et de la mairie est plus lent que prévu, rappelle Jean-Sébastien Catier, président de l’association Paris en selle.

Septembre, le mois des bonnes résolutions

C’est désormais devenu une tradition parisienne : début septembre est aussi devenu synonyme d’embouteillages… sur des routes sinueuses. Du 1er au 30 du mois, les capteurs de la mairie lisent deux fois plus de vélos sur les voies ferrées qu’en février. Voir l'article : Passionnés de vélo : le secteur recrute. Par rapport au mois d’août, une augmentation de 50 % s’est produite en quelques jours. Souligne, septembre est UN mois de cyclisme à Paris.

VIDÉO. Les sentiers d’escalade sont l’un des itinéraires les plus fréquentés (et c’est à Paris).

Le record hebdomadaire d’entrées a déjà été battu. En moyenne, sur les soixante-dix-sept points de comptage déjà disponibles en septembre 2020, nous en avons écrit soixante-quinze par heure en moyenne le samedi et le dimanche de cette année, contre 74 l’an dernier.

« L’utilisation de ces vélos est différente. Parmi ceux qui sont venus travailler récemment, beaucoup enfourchent leur vélo pour aller marcher et courir », précise Jean-Sébastien Catier. « À la fin de la semaine, les embouteillages sont moins nombreux, plus sûrs et plus agréables, explique Emmanuel Marin.

Sur le même sujet

Malgré les nouvelles installations, la baisse se poursuit par rapport à 2020

« Il y a une baisse par rapport à l’explosion de folie des années précédentes », poursuit-il. Lire aussi : Comment reparer sa trotinette freestyle. En effet, selon nos calculs, le nombre d’itinéraires de rotation a légèrement baissé par rapport à l’année précédente (-4%).

Des gouttes sont vues partout dans la capitale à partir de cinquante-neuf des capteurs sélectionnés en berne. L’augmentation de 10 % constatée sur le week-end est à mettre en perspective avec une baisse de – 7 % constatée tous les cinq jours de la semaine. « En 2020, beaucoup de gens y sont entrés par peur de prendre le métro, la majorité a raccroché, quelques-uns ont abandonné l’école », a déclaré le président parisien dans un communiqué.

« Rappelons qu’en 2018, on était loin des pas observés à cette époque, rappelle Emmanuel Marin. « Il faut penser à l’augmentation des trois dernières années, horriblement, on n’en a jamais vu sur les autres modes de transport, dit Jean-Sébastien Catier. Le capteur rue La Fayette (Paris Xe), l’un des plus hauts responsables de la ville, montre par exemple que la pénétration à deux chiffres entre septembre 2018 et septembre 2021.

A découvrir aussi

Chute de fréquentation aux heures de bureau

Comme nous l’avons vu cet été, la prévision du temps de croissance montre une explication possible : lorsque le nombre d’heures de pointe – voire plus – de l’année précédente, entre, il est très stable cette année (-10%) pour le matin et le temps du soir se lève. Lire aussi : Comment debrider une trotinette electrique.

« En septembre 2020, il n’y avait pas assez de nouvelles routes et donc de nouvelles solutions, notamment pour ceux qui travaillent. Les coronapistes ne sont pas du tout à l’aise sur l’installation et beaucoup mènent à des routes impraticables. Certains sont déprimés », a déclaré le président de Paris. « On attend beaucoup du programme vélo que la mairie est censée faire ressortir cette baisse. Les bâtiments fabriquent des vélos et permettent d’établir des règles complètes », dit-il.